Sur les traces du Muscardin


Qu’est-ce qu’un Muscardin ?

Le Muscardin fait partie de cette faune de nos campagnes qui reste méconnue aux yeux de tous. Les rares chanceux à avoir pu l’observer sont en effet très peu nombreux, la discrétion du petit animal provient tout droit de son écologie très particulière. Parfaitement adapté à la vie nocturne et arboricole, il sait se faire très discret.

Le Muscardin (Muscardinus avellanarius) est un micromammifère de la famille des Gliridés, au même titre que le Loir ou le Lérot.

Son pelage doré, ses grands yeux noirs, sa queue poilue, ses longues moustaches appelées « vibrisses » sont autant de caractéristiques morphologiques qui lui assurent une grande aisance dans son biotope naturel.

Son régime alimentaire est composé de noisettes, faînes, amandes des noyaux de merises et prunelles, bourgeons, insectes, mûres et autres baies. Les restes de ses repas sont d’ailleurs les meilleurs indicateurs de sa présence, essentiellement les noisettes rongées.

En Auvergne, il apprécie les secteurs au bocage dense, les forêts de feuillus claires; bref, tout ce qui lui permet de trouver sa nourriture tout en restant à l’abri dans la végétation arbustive.

Dés la fin du mois d’octobre, il rejoindra son nid d’hiver situé au sol où il entamera son hibernation jusqu’au mois de mars. Du printemps au milieu de l’automne, il occupera un nid situé en hauteur dans la végétation, c’est là qu’il élèvera ses petits.


Voici une vidéo pour découvrir le Muscardin dans son habitat naturel :

Arkive video - Common dormouse - overview

Vidéo de Muscardin par Arkive

Pour découvrir d’autres vidéos du Muscardin, n’hésitez pas à visiter le site internet Arkive.org


Sa sensibilité face à la dégradation de ses habitats naturels en font une espèce indicatrice du bon état écologique de nos campagnes. En France il s’agit d’une espèce protégée, sa capture, sa destruction ou la dégradation de ses habitats sont donc formellement interdites.

Trouver les indices de présence du Muscardin

Malgré sa très grande discrétion, le Muscardin laisse différentes traces de sa présence dans les endroits où il vit. A partir de ces indices de présence, il est donc possible de connaître les sites qu’occupe le Muscardin.

Il existe deux façons de détecter la présence du Muscardin :

  • La recherche des noisettes rongées consommées par le Muscardin
  • La recherche de ses nids d’été-automne

La recherche des nids est particulièrement difficile, ils sont bien souvent construit hors de notre vue et les trouver demande donc beaucoup d’efforts.

La recherche des noisettes s’avère être le moyen le plus simple et le plus efficace.

La première question à se poser : où rechercher ces fameuses noisettes rongées ?

Voici quelques photographies d’endroits où des muscardinoisettes ont été trouvées :

On y retrouve des haies ou bien des bordures forestières où le noisetier se retrouve en forte abondance. Ce type d’habitat est le plus intéressant pour la recherche des muscardinoisettes car les noisettes y seront concentrées. Il est également assez aisé de gratter la litière de feuilles, cela permet parfois de redécouvrir des noisette de l’année passée, ensevelies sous les feuilles tombées.

Maintenant que l’ont sait où rechercher les muscardinoisettes, il faut encore être capable de les différencier des très nombreuses autres noisettes que l’on va trouver. Car le Muscardin est loin d’être le seul à en être friand, l’écureuil, les mulots, les campagnols et certain oiseaux vont eux aussi laisser des noisettes ouvertes de différentes manières.

Caractéristiques d’une muscardinoisette

  • Le trou a un aspect rond et régulier
  • Le bord interne du trou ne comporte pas de traces de dents, il paraît lisse et poncé
  • Le bord externe du trou présente des traces de dents obliques par rapport au trou
  • Vue de profil, l’ouverture de la noisette apparaît généralement rectiligne

Voici quelques exemples de noisettes mangées par les autres micro-mammifères :

Noisettes « fendues en deux » par un écureuil.

Noisette rongée par un mulot ou par un campagnol. Traces systématiques de dents sur le bord interne du trou, parfois également sur le pourtour externe.

Noisettes percées par un oiseau. Pas de traces de dents sur le bord interne du trou. Ne présente pas les autres caractéristiques d’une muscardinoisette.

Lorsque l’on procède à la détermination d’une noisette rongée, il est important de s’appuyer sur plusieurs caractéristiques distinctives à la fois. Il arrive en effet de trouver des noisettes atypiques. Certaines muscardinoisettes peuvent présenter des caractéristiques un peu moins marquée, tandis que certaines noisettes rongées par des mulots ou campagnols auront des caractéristiques de muscardinoisettes. Attention aux erreurs !


Pour plus d’informations sur le Muscardin, plusieurs documents existent que ce soit pour élargir les connaissances sur l’animal en lui même ou pour se lancer à la recherche de ses indices de présence. En voici quelques-uns :

En cas de doutes sur l’identification d’une noisette, n’hésitez pas à nous solliciter par la rubrique « contact ». Une photo de la noisette et une vague description de l’endroit où vous l’avez trouver facilitera notre réponse.